Tous les villageois lui disent :

On te l’avait bien dit ! tu aurais mieux fait de le vendre.

Maintenant on te l’a volé. Quelle malchance !

Le vieil homme répond : chance ou malchance, qui peut le dire ?

Tout le monde se moque de lui.

Mais 15 jours plus tard, le cheval revient, avec toute une horde de chevaux sauvages. Il s’était échappé, avait séduit une belle jument et rentrait avec le reste de la horde.

Quelle chance disent les villageois !

Le vieil homme et son fils se mettent au dressage des chevaux sauvages. Mais une semaine plus tard, son fils se casse une jambe à l’entraînement.

Quelle malchance disent ses amis !

Comment vas-tu faire, toi qui est déjà si pauvre, si ton fils, ta seule aide, ne peut plus t’aider ?

Le vieil homme répond : chance ou malchance qui peut le dire ?

Quelques temps plus tard, l’armée du seigneur du pays arrive dans le village et enrôle de force tous les jeunes gens disponibles.

Tous, sauf…… le fils du vieil homme qui a sa jambe cassée.

Quelle chance tu as, disent les villageois, tous nos enfants sont partis à la guerre, et toi, tu es le seul à garder ton fils avec toi. Les nôtres vont peut-être se faire tuer…

Chance ou malchance, qui peut le dire ? répond le vieil homme.

Conte soufi, dont l’origine (chance ou malchance ?) s’est perdue, pour arriver jusqu’à nous …

signature_Martine_2.jpg

Crédit photo PIXABAY Créative Commons